L’étude JFD x SING x AFRICA OPINION : “Entreprendre dans la Tech au Gabon”

La JFD qui inaugurait au mois de mars dernier son  accélérateur de croissance en Afrique, au cœur de Libreville (Gabon), révèle les résultats de son étude menée en collaboration avec la SING (Société d’Incubation Numérique du Gabon) et le cabinet conseil Africa Opinion. L’étude  »Entreprendre dans la Tech au Gabon” fait apparaître les enjeux, les avancées et les axes d’amélioration sur la question de l’égalité entre les femmes et les hommes dans l’entrepreneuriat numérique.

  • 97% des interrogés pensent que les femmes sont aussi aptes à entreprendre dans la Tech que les hommes.
  • Les femmes seraient plus nombreuses dans la tech si elles étaient autant encouragées que les hommes (43%) et suffisamment préparées et informées (25%). 
  • A 76%, l’épargne personnelle est la principale source de financement des entrepreneurs. 
  • 47% des femmes interrogées déclarent avoir utilisé un ordinateur pour la première fois entre 15 et 19 ans (vs. 50% chez les hommes qui y ont eu accès à moins de 15 ans).

« Les résultats de notre étude confirment non seulement l’importance croissante du numérique au Gabon, mais aussi l’optimisme et la motivation de ses entrepreneurs ! Nous sommes convaincus qu’avec la mise en place de mesures d’accompagnement et la création de réseaux dédiés, le Gabon atteindra son objectif de devenir le premier hub numérique d’Afrique centrale et de l’ouest.», indique Privat Ndoutoume, CEO du cabinet Africa Opinion

Le digital, vecteur de parité  

Au Gabon, l’entrepreneuriat ne souffre pas des stéréotypes de genre du monde digital. À la question « pensez-vous qu’une femme soit aussi apte à entreprendre qu’un homme ? », les réponses sont quasiment unanimes, puisque 97% des sondés ont répondu par la positive. 

Une tendance confirmée par la suite, puisque 54% des répondants pensent également que les femmes sont suffisamment formées pour exercer des métiers dans le domaine du digital, et plus particulièrement ceux de community manager (19%) et chef de projet marketing digital (18%). 

Cette équité s’observe également dans le cadre de la recherche d’investissements. 85% des femmes interrogées ont affirmé que le fait d’être une femme n’a pas eu d’impact sur leur capacité à obtenir des financements. 

Si la majorité des interrogés (58%) estime que les femmes entrepreneurs sont représentées dans les médias, elles pourraient être plus nombreuses dans la tech si elles y étaient autant encouragées que les hommes (43%) et suffisamment préparées et informées (25%). 

Il apparaît donc comme essentiel de poursuivre les efforts effectués en faveur de l’autonomisation des femmes et leur insertion dans le monde entrepreneurial. 

« La transformation digitale que connaît actuellement le Gabon représente une opportunité majeure pour encourager les femmes à entreprendre. Il est crucial de saisir cette chance en accompagnant les femmes et en leur fournissant toutes les clefs pour ancrer leur présence dans un secteur qui représente le futur de nos sociétés. »,  Delphine Remy-Boutang, CEO JFD, Présidente Global Entrepreneurship Network France.

Le numérique : un ressort à fort potentiel qui reste à renforcer. 

Afin de diversifier son économie et pallier à sa dépendance à l’industrie pétrolière, le Gabon a initié ces dernières années une politique de promotion et d’investissement offensive dans le numérique et les nouvelles technologies. Un défi qui s’est rapidement montré fructueux, puisque le numérique engendre désormais plus de 250 milliards de FCFA (près de 390 millions d’euros), et que le Gabon s’est hissé à la sixième place des pays africains les plus connectés. 

Cependant, des efforts restent à fournir, notamment en matière d’investissement, pour que le Gabon puisse véritablement voir apparaître des championnes et champions nationaux. En effet, c’est encore l’épargne personnelle qui est la source de financement majeure pour la plus grande partie des entrepreneurs (76%). 

Avec moins de 1 million de FCFA investis pour 48% d’entre eux, c’est le manque de ressources financières (33%) qui a représenté la plus grosse difficulté rencontrée lors du lancement de leur entreprise. En parallèle, 37% d’entre eux auraient aimé bénéficier d’un réseau ou de partenaires (37%), ou bien intégrer un incubateur (13%). 

Aujourd’hui, si 88% des répondants affirment être optimistes quant à l’avenir de la Tech au Gabon, les TPE et PME restent encore peu structurées, et manquent d’accompagnement pour accélérer leur développement. Notamment en raison du contexte actuel, qui a entraîné une baisse d’activité pour 39% des entrepreneurs interrogés. 

« Depuis la création de notre accélérateur numérique national en 2018, l’écosystème des tech-entrepreneurs gabonais se renforce. Afin de pérenniser cette tendance, nous devons nous appuyer sur les résultats révélés par cette étude pour répondre aux besoins exprimés par les entrepreneurs d’aujourd’hui, tels que le besoin d’accompagnement et la mise en place de solutions pour continuer d’encourager les femmes, tel que nous le faisons à l’instar de JFD. », a précisé Yannick Ebibie, Directeur Général de la Société d’Innovation Numérique du Gabon (SING)

 

DÉCOUVRIR L’ENQUÊTE DANS SON ENSEMBLE : http://bit.ly/MediaKit-Etude-JFDxSINGxAFRICAOPINION

Étude “Entreprendre dans la Tech au Gabon” réalisée pour la JFD et la SING par Africa Opinion sur un échantillon de 67 entrepreneurs. L’échantillon a été calculé sur une population de 1000 entrepreneurs avec taux de confiance 90% et marge d’erreur 10%. Interviews réalisées du 10 au 15 avril 2021.

 

Partager:

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Articles similaires