L’ENTRETIEN – Nathalie JANSSENS, Digital & Innovation Manager TotalEnergies Marketing Belgique

Où en est l’égalité entre les femmes et les hommes chez TotalEnergies ? 

La compagnie soutient des initiatives à différents niveaux pour favoriser les mêmes opportunités de carrière entre les femmes et les hommes jusqu’aux plus hauts niveaux du management. A titre d’exemple, en 2020, TotalEnergies s’est fixé d’avoir 30 % de femmes au niveau des CODIRS (comités de direction), de l’encadrement supérieur et des cadres dirigeants. En outre, l’entreprise s’est fixée comme objectif d’avoir 40 % d’internationaux au niveau de l’encadrement supérieur et 45 % au niveau des cadres dirigeants.

Des accords structurants et des actions concrètes ont aussi été mis en place à l’échelle internationale comme en France. 

TotalEnergies a très vite compris l’atout d’un réseau des femmes en mettant en place le réseau TWICE. Fondé en 2006, il est ouvert à toutes les femmes, quelle que soit leur localisation, leur branche et leur niveau de poste. Fondé sur le partage d’expériences et la mise en confiance, il a un double objectif de favoriser le développement de la carrière des femmes, à tous les niveaux et dans tous les métiers, afin d’améliorer la féminisation des effectifs de la compagnie et par ses actions, faire évoluer les mentalités et sensibiliser hommes et femmes aux enjeux de la mixité.

TotalEnergies est aussi signataire du UN Women’s Empowerment Principles, en 2011 avec l’engagement de la Direction générale sur des objectifs jusqu’aux plus hauts niveaux du management. En janvier 2016, aux côtés d’une vingtaine d’autres signataires, TotalEnergies lance à Davos l’appel « Closing the Gender Gap » en faveur d’une plus grande parité hommes-femmes dans l’industrie des hydrocarbures. Cet appel repose sur sept principes d’action et deux leviers déterminants : un recrutement plus diversifié et une plus grande ouverture des postes techniques et de direction aux femmes.

Je peux dire avec confiance que l’entreprise y porte plus qu’attention et implémente à chaque niveau des initiatives pour atteindre une mixité représentative dans toutes les équipes. Aujourd’hui, le marché de l’emploi étant très tendu, le vrai défi est de recruter et de retenir les jeunes talents. Les nouveaux recrutés attachent une grande importance aux valeurs de l’entreprise pour laquelle ils travaillent et donc les initiatives qui mettent la diversité au centre sont clés pour les retenir au sein de l’organisation. La diversité est donc une vraie valeur. 

 

Pourquoi la tech a-t-elle besoin de femmes ? Et les femmes de la tech ? 

La féminisation dans l’industrie du numérique et du digital est un vaste sujet et un enjeu clé en termes de diversité. Si l’on regarde le ratio entre les jeunes hommes et les jeunes filles/femmes dans les parcours d’ingénieurs ou techniques, le résultat – moins d’un tiers des femmes y sont représentées – est loin de ceux d’autres domaines comme la communication ou le marketing.

D’un point de vue méthodique, dans l’innovation, nous essayons d’apporter une réponse à un problème urgent auquel un utilisateur attache de la valeur. Dès lors, si l’intention est de produire des développements numériques intéressants, nous ne pouvons qu’y parvenir en faisant appel à un groupe aussi diversifié que possible. C’est là que la diversité d’une équipe excelle, pour penser au-delà d’une seule façon de travailler ou l’approche d’un problème. C’est pourquoi la diversité dans la tech est nécessaire, mais la technologie produira également des meilleurs produits en adoptant le point de vue d’un public cible diversifié. La diversité propulse les produits digitaux à un niveau supérieur et assure dès lors la pérennité des entreprises.

Heureusement, l’histoire de la tech n’est pas que masculine. La JFD fait écho à la carrière et au caractère de pionnière de Margaret Hamilton.

 

Etes-vous optimiste sur une représentation à part égale des femmes et des hommes dans la tech ? 

Bien sûr, j’en ai une vision positive. Avec l’afflux croissant de femmes dans les domaines numériques, de plus en plus d’enfants ont des exemples à suivre. De plus, contrairement aux années 80, mes propres enfants grandissent dans un monde hyper-numérique. Nos enfants sont exposés dès leur plus jeune âge à des méthodes éducatives qui font appel aux outils digitaux. Pour chaque type de sujet, il existe un outil numérique qui aide à mettre en pratique les concepts théoriques. Dès l’école primaire, ils apprennent à programmer un robot ou l’idéation d’un objet pour après l’imprimer en 3D. Ce qui était futuriste pour ma génération est la réalité de la vie de nos enfants. En tant que parent, il est également beaucoup plus facile d’encourager votre enfant à se familiariser avec la technologie numérique tout en jouant. La technologie numérique étant tellement omniprésente, le lieu de travail est appelé à se diversifier. C’est pourquoi je suis positive. Ce n’est pas pour demain, mais pour très bientôt.  

 

Une citation inspirante que vous aimez répéter ?

Pour faire résonner votre voix dans une organisation, votre réseau est essentiel. Choisissez consciemment les personnes avec lesquelles vous vous entourez.

Permettez-moi de préciser que réseauter pour le plaisir de réseauter n’est pas dans mon ADN. J’ai appris des femmes et hommes les plus impactant dans l’organisation, qu’il est important de se composer une équipe de MVP (Most Valuable Players). Des joueurs d’équipe qui partagent les mêmes valeurs et la même vision en matière de leadership. Des personnes sur lesquelles je peux compter pour obtenir un retour d’information honnête. C’est le moyen de vous rendre visible en mettant en avant vos projets sans avoir l’impression de devoir constamment faire du marketing de soi.

Partager:

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Articles similaires

Newsletter Février · JFD Voices

>> https://mailchi.mp/thebureau/voices-jfd-fevrier2024 Bienvenue dans cette nouvelle édition de notre newsletter Voices. Merci à nos plus de 30.000 lecteurs à travers le monde que nous enrichissons