L’ENTRETIEN – Elene CENTENO · Sales Manager Iberia ANAPLAN, Coach Certifié & Spécialiste en Psychologie du Travail & Alizée MOUREAU · Partner Success Manager, ANAPLAN

Elene CENTENO · Sales Manager Iberia ANAPLAN, Coach Certifié & Spécialiste en Psychologie du Travail

Alizée MOUREAU · Partner Success Manager, ANAPLAN

 

Que pensez-vous de la place des femmes dans le monde du travail ? 

Elene Centeno : Le travail est central à notre société, à nos vies, il en découle une place, un rôle, un statut… pour chacun d´entre nous et c’est en travaillant que nous pouvons être reconnus des autres.
Cette reconnaissance des autres est un besoin vital pour chaque être humain, pouvoir asseoir son intégrité, ses droits, son autonomie personnelle et son autonomie morale (Axel Honneth). Travailler, c’est donc produire, mais aussi se confronter aux échecs tout en cherchant des solutions pour en sortir grandi.

Je pense donc que le travail est la voie royale d’accès à l’émancipation des femmes, car c’est par le travail que l’on peut se transformer soit même, prendre de l’assurance, acquérir de l’expertise… et surtout se libérer de l’assignation du genre (genre au sens féminin avec toutes les projections que cela implique : femme fragile, femme sexualisée, femme assignée aux tâches domestiques, au travail de soins, d’assistanat…) pour laisser place à leurs véritables désirs professionnels.

Comment pensez-vous pouvoir contribuer à changer les choses ? 

Elene Centeno : Selon moi, chaque femme porte la responsabilité de faire évoluer sa propre place pour que les générations futures puissent porter leurs ambitions de travail au plus haut.

Je crois beaucoup en la puissance des rôles modèles, du network, à la transmission de savoirs et d’histoires  (parfois incroyables) que nous sommes capables d’accomplir pour venir inspirer et libérer celles qui n’ont pas encore osé.
Pour ma part, je ressens comme une nécessité profonde d’agir pour que chaque femme soit reconnue égale à l´homme et notamment au travail.
Mes engagements professionnels et extra-professionnels sont très alignés avec ce souhait d’accompagner les femmes à trouver leurs voies, à les encourager. On peut dire aussi que dans chaque entreprise où j´ai pu travailler, j’ai toujours voulu apporter ma contribution à la cause féminine en créant des actions concrètes comme du coaching et du mentoring interne, parfois même davantage à dimension symbolique comme la création de la première équipe de football féminine européenne parmi plus de 100 équipes masculines. En faisant tout cela, je me transforme, je me nourris, et je constate à quel point j’ai pu me libérer progressivement de tout ce qui m’était assigné.

Chez Anaplan, via notre Réseau WIN France (Women Interest network)  nous avons fait naître une coopération transverse et spontanée (non prescrite, Femmes Hommes, multi-métiers). Nous avons porté des projets à impact sociétal et plus particulièrement pour la place des femmes.  Nous avons pu créer des espaces de parole, de délibération, d´échanges pour brainstomer, prioriser nos actions avec la volonté pour chaque participant d’être acteur de changement pour les femmes.
Je pense aussi que sans un sponsorship de haut niveau, comme cela a été le cas avec Nadine Pichelot, il est complexe de voir fleurir une telle dynamique.

Pourquoi inciter une jeune fille à choisir une carrière dans la Tech ?  

Alizée Moureau : Il y a beaucoup de bonnes raisons pour cela.
Pour résumer, je dirai parce qu’il y a des places à prendre et qu’il y fait bon vivre.
C’est en effet un secteur qui recrute beaucoup, qui recherche de nombreux talents, et qui a des difficultés à trouver chaussure à son pied.
Or, le talent ne se définit pas par le genre et les employeurs ne peuvent pas se permettre de se priver de femmes talentueuses, bien au contraire.
Les conditions de travail sont confortables et les jeunes femmes ne doivent plus hésiter à postuler au motif que ce serait un secteur trop « technique » ou de « geek ». La Tech change son image et le monde digitalisé d’aujourd’hui le sera encore plus demain donc le virage est à prendre maintenant pour s’assurer une carrière florissante. De plus, bien que nous ne représentions que 30 % des employés du secteur, ce chiffre a vocation à grandir, et tous les postes sont accessibles.

Enfin, de nombreux postes ne nécessitent pas de background « informatique » à proprement parler. De nombreux profils sont issus d’école d’ingénieurs, d’école de commerce, d’université. Pour ma part, j’ai embrassé cette carrière presque « par hasard » après un master 2 en droit public, qui ne menait pas vraiment a priori à ce genre de carrière. Et pourtant, je n’ai aucun regret tant les opportunités sont multiples, et le secteur en permanente évolution.

Comment amener la nouvelle génération féminine à se projeter dans cet univers ?   

Alizée Moureau : La nouvelle génération ne doit pas se priver d’épouser une carrière par passion, et non par raison. De nombreuses jeunes femmes ont fait des études d’informatique et se détournent de cette filière lors de l’entrée sur le marché du travail, alors qu’elles sont les bienvenues, pour diverses raisons. La société ne les attend pas là, l’éducation qu’elles ont reçue etc. Je pense qu’un vrai travail d’évangélisation, de formation et d’accompagnement doit être mené dès le plus jeune âge pour que les jeunes filles d’aujourd’hui soient les talents que la Tech recrutera demain, et les leadeuses du futur. C’est pourquoi, grâce au réseau d’ANAPLAN Women Interest Network sponsorisé par notre CFO Nadine Pichelot, nous avons la chance de pouvoir mettre en place différentes actions de promotion des femmes dans ce secteur, en les formant à notre produit, mais également en participant à différentes rencontres au sein des écoles d’ingénieur ou d’université, ou encore tout simplement en les aidant à rédiger un CV etc.

Chaque jeune femme doit prendre conscience de sa valeur, et oser porter sa voix, et je dirai encore plus haut et fort lorsque l’audience est majoritairement masculine. La Tech est un secteur dans lequel la sororité est une vraie valeur ajoutée, qui doit nous permettre de propulser la future génération de femmes actives vers un bel avenir dans ce secteur.

Partager:

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Articles similaires

ATHLÈTES DE L’INNOVATION

Entreprendre est un sport de très haut niveau !     Aujourd’hui, en France, la quasi-totalité des investissements est à destination d’entreprises dirigées par des

Newsletter Avril · JFD Voices

>> https://mailchi.mp/thebureau/voices-jfd-avril2024 Le 17 avril prochain, le monde entier célébrera la Journée Internationale de la femme digitale. C’est en cette journée d’appel à l’action et

JFD Voices Masterclass Series

En tête-à-tête avec les grandes voix de l’économie, accédez à de nouvelles connaissances, développez vos compétences et saisissez les clés de la réussite ! Lancée