L’ENTRETIEN – Banque des Territoires : pour des territoires plus attractifs & une edtech plus inclusive

Entretien avec Emmanuelle BORRELLY, Responsable pôle Inclusion numérique et services au public – Direction de l’InvestissementGroupe Caisse des Dépôts et Rose LEMARDELEY, Responsable pôle Education · Groupe Caisse des Dépôts.

 

La Banque des Territoires s’est engagée cette année auprès de la JFD. Que représente cet engagement pour vous ? 

Emmanuelle  Borrelly –  Il s’agissait de mettre en avant les agentes du programme France Services, politique publique visant à accompagner les Français dans leurs démarches administratives. Ces femmes œuvrent pour l’inclusion numérique et permettent à l’ensemble de la population (hommes ou femmes) de se saisir des opportunités du numérique. Elles permettent de faciliter les démarches, faciliter l’accès aux droits, travailler sur les égalités entre citoyens. Bien sûr, la mise en avant des agentes, plutôt que de l’ensemble du réseau France services, représente également une conviction forte portée par la Banque des Territoires : celle de l’égalité de toutes et tous, indépendamment du genre ou des origines sociaux-économiques, face au numérique. La mise en avant des agentes est donc d’autant plus importante parce qu’elle démontre que même si les femmes du numérique ont été écartées par le passé, nous assistons aujourd’hui à un changement de paradigme auquel la Banque des Territoires est fière de participer. Nous ne pouvons envisager de mener des actions qui font du numérique une opportunité pour tous les citoyens en écartant 50% de la population !

Rose Lemardeley – Bien que l’éducation soit une politique publique dite « féminisée », au même titre que d’autres métiers du « care» comme la santé ou la justice, la France reste très en retard pour l’accès des filles aux filières scientifiques et informatiques, causant in fine une sous-représentation des femmes dans les métiers du numérique. C’est pourquoi la Banque des Territoires est fière d’avoir soutenu en 2021 la 1ère édition junior du Prix Margaret qui s’adresse aux filles de 7 à 18 ans qui ont une idée innovante dans la tech en Europe et en Afrique. Faire émerger des figures de rôles modèles est aussi clé pour inciter les petites et jeunes filles à se lancer dans une formation scientifique ou les aider à se projeter dans un métier numérique. Nous avons également souhaité valoriser des femmes rôles modèles de la Edtech en donnant la parole à des femmes qui construisent l’école de demain au travers d’une série de vidéos. L’engagement de la Banque des territoires au service de territoires plus attractifs et plus inclusifs passe par l’investissement dans l’école de demain, qui ne peut se passer ni du numérique ni des filles.

 

Comment agissez-vous au quotidien pour réduire les inégalités territoriales d’accès et de maîtrise des outils numériques ? 

Emmanuelle  BorrellyPour faciliter le travail de ces agentes, la Banque des territoires en partenariat stratégique avec l’Agence Nationale de la Cohésion des Territoires anime le réseau des agents France Services, leur met à disposition une plateforme pour rendre le service et finance leur formation. Tous les jours, mon équipe et moi réfléchissons à accompagner cette politique publique pour avoir le plus d’impact sur le territoire et sur les citoyens. Au-delà du programme France services, emblématique des actions que nous conduisons dans le champ de l’inclusion numérique, nous conduisons plusieurs actions qui visent à réduire les inégalités territoriales d’accès au numérique :

  • Dans le cadre de programme France services et du mandat Conseiller numérique France Services nous conduisons, en partenariat avec l’Agence Nationale de la Cohésion des Territoires, nous conduisons des expérimentations autour du numérique en santé. Ces expérimentations s’articulent autour du déploiement de bornes de télémédecine. En matière de santé, nous sommes convaincus que le numérique peut être vecteur de solutions, notamment pour les zones en déshérence médicale et donc en premier lieu, les zones rurales ;
  • Depuis 2018 nous déployons et finançons les « Hubs pour un numérique Inclusif ». Aujourd’hui, les hubs couvrent l’ensemble du territoire français et accompagnent tous les jours les acteurs de l’inclusion numérique sur les territoires. En effet, ils participent à l’animation et la coordination des réseaux d’acteurs de l’inclusion numérique de leurs territoires, et les soutiennent en accompagnant le développement de leurs projets.
  • Nous avons lancé un appel à manifestation d’intérêt pour soutenir les TPE et PME et nous sommes fiers de pouvoir déjà compter 23 projets lauréats. Là encore, les petites et moyennes entreprises sont des acteurs constitutifs de la vitalité, économique notamment, des territoires. Les soutenir notamment pendant cette période de crise sanitaire et économique nous apparaît essentiel :
  • Enfin, nous portons dans le cadre du plan de relance l’appel à projets « Numérique Inclusif, Numérique Éducatif » qui vise à agir pour que les 13 millions d’élèves d’aujourd’hui ne soient pas les 13 millions de citoyens exclus du numérique demain. La crise sanitaire a en effet démontré à quel point les enjeux d’inclusion numérique sont prégnants dans l’accès à l’éducation. Pour la première vague de cet appel à projets, nous comptons 40 lauréats, dont 34 projets qui agissent directement à la maille des territoires pour accompagner et développer l’éducation et l’inclusion au numérique.

 

 

Vous co-produisez avec EdTech France un catalogue et une cartographie des EdTech françaises. Comment se porte cet écosystème en termes de parité ? 

Rose LemardeleyEn 2018, la Banque des territoires avait produit la première étude sur le secteur de la edtech, dont on a retenu deux images : celle d’une « forêt de bonsaïs », pour refléter l’essor d’une filière du numérique éducatif en pleine structuration, et celle du profil type de l’entrepreneur edtech sous les traits d’un homme, parisien et issu d’école de commerce. Aujourd’hui, nous publions avec Edtech France et EY une étude sur le marché de la Edtech en 2020 qui révèle que 33% des équipes dirigeantes d’EdTech opérant en France comptent des femmes, ce qui peut paraître peu et confirme le manque de femmes dans l’univers des startups, mais qu’il faut comparer aux 15% au global dans toute la French Tech.

Mais nous sommes aussi acteurs et actrices au sein de cet écosystème, nous cherchons à favoriser la parité au quotidien au travers de nos activités. En tant qu’investisseur d’intérêt général nous ciblons systématiquement des impacts extra financiers en lien avec les objectifs de développement durable (ODD). Via notre accélérateur Edtech « passerelles », via nos prises de participations dans des sociétés à impact, via la démarche « edtech for good » que nous avons lancée avec des co-investisseurs…nous avons à cœur de faire progresser l’inclusion des femmes et la promotion de l’égalité dans l’éducation.

 

Education, Financement et Rôles modèles, sont les 3 axes d’actions de la JFD pour augmenter la présence des femmes dans les métiers de la tech. Que vous inspirent ces piliers ? 

Emmanuelle  Borrelly – Ce sont effectivement des piliers essentiels pour soutenir la place des femmes dans le digital : Il faut tout d’abord accompagner, notamment via l’éducation, un changement de regard sur la place de la femme dans la société. Cela commence dès le plus jeune âge, en apprenant aux petites filles à prendre confiance en elles et en leurs démontrant qu’elles ont toute leur place dans les sphères scientifiques et techniques. J’en suis d’autant plus convaincue que j’ai suivi un cursus d’ingénieur. Cela passe aussi effectivement par le financement de projets portés par des femmes, qui ont besoin de soutien pour trouver la bonne posture au-delà des compétences solides qu’elles ont déjà. Et enfin cela passe comme vous l’évoquez par le déploiement de rôles modèles, pour développer l’échange et le soutien entre pairs.

Rose LemardeleyCes 3 piliers font écho aux objectifs d’un appel à projets intitulé « Numérique inclusif, numérique éducatif » que nous avons lancé dans le cadre de la contribution de la Caisse des dépôts à la Relance. Nous sommes heureux d’avoir sélectionné 40 premiers projets lauréats, sur plus d’une centaine de candidatures, qui vont contribuer à pallier les inégalités scolaires et faire essaimer des projets inclusifs et innovants notamment en matière d’éducation au numérique des femmes et des jeunes filles. Une deuxième vague de sélection est en cours, avis aux candidatures !

 

Partager:

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Articles similaires

ATHLÈTES DE L’INNOVATION

Entreprendre est un sport de très haut niveau !     Aujourd’hui, en France, la quasi-totalité des investissements est à destination d’entreprises dirigées par des

Newsletter Avril · JFD Voices

>> https://mailchi.mp/thebureau/voices-jfd-avril2024 Le 17 avril prochain, le monde entier célébrera la Journée Internationale de la femme digitale. C’est en cette journée d’appel à l’action et

JFD Voices Masterclass Series

En tête-à-tête avec les grandes voix de l’économie, accédez à de nouvelles connaissances, développez vos compétences et saisissez les clés de la réussite ! Lancée