ENTRETIEN
Céline BOUDIÈRE, Directrice Marketing & Digital de Meetic Europe et Karen VERNET, Directrice Générale de l’Offre Printemps

Quelles sont les principales tendances actuelles en matière de digitalisation dans votre secteur ?

Céline Boudière : On observe aujourd’hui encore une tension entre le digital et l’humain avec cette question que l’on se pose quotidiennement chez Meetic : comment remettre l’humain au cœur des rencontres en ligne? Exit les profils sans photo. Chez Meetic, le réel et l’authenticité sont au cœur de notre proposition. Nos dernières innovations sont destinées à mieux révéler les personnalités et les singularités des célibataires :  les fonctionnalités audio, vidéo et live par exemple, permettent de découvrir les célibataires autrement.

Et depuis longtemps nous organisons partout en France des soirées ou ateliers pour célibataires, dans la vraie vie.

Notre dernier partenariat au sein des magasins Printemps est une belle illustration de ces rencontres réelles et authentiques dans des lieux privilégiés : des ateliers “Crush Cake” à personnaliser, une “Love Box” pour faire sa déclaration, un cocktail “Filtre d’Amour” à partager, des expériences qui brisent la glace !

Karen Vernet : Les principales tendances actuelles sont liées à la convergence entre le magasin et le digital, où l’omnicanalité prend diverses formes, la géo-localisation des espaces dans les magasins devient courante et les QR Codes sont omniprésents, créant ainsi un lien puissant entre le monde digital et les points de vente physiques. Une autre convergence importante se manifeste entre l’humain et le digital.
Parmi les nombreuses initiatives mises en place par le Printemps, je peux citer deux exemples :

  • Le système permettant au client de visualiser l’ensemble des personal shoppers afin qu’il puisse contacter celui qui lui semble le plus adapté. Il s’agit d’une possibilité d’établir un lien permanent et facilité entre le client et son personal shopper via le digital.

  • Les « live shoppings » permettant « d’humaniser » la vente de nos produits.

Quelle est votre vision sur l’avenir de votre secteur ?

Karen Vernet : Une vision très positive, car les grands magasins ont survécu à toutes les crises depuis 160 ans du fait de leur résilience. La part de rêve qu’ils développent au sein de tous types de publics est intacte. Et maintenant, grâce au digital, l’expérience est réellement nouvelle et démultipliée.

Céline Boudière : C’est un secteur en perpétuelle évolution et c’est ça qui est formidable ! Le dating évolue au rythme des évolutions sociétales et nous nous adaptons sans cesse aux nouveaux besoins des célibataires. Aujourd’hui plus encore, les célibataires ont besoin de trouver des personnes qui leur correspondent vraiment, au-delà des critères physiques ce qui compte c’est le style de vie, les valeurs, ce que l’on partage ensemble… 

On assiste de nos jours à l’émergence d‘apps de dating de plus en plus spécialisées pour les parents célibataires, pour les plus de 50 ans, et on y contribue avec nos services Even et Disons Demain. Sachant qu’en moyenne, les célibataires utilisent 3 apps en même temps, je suis convaincue que l’avenir du dating se trouve dans cette complémentarité.

Meetic et Printemps se sont engagés auprès de la JFD. Que représente cet engagement pour vous ?

Céline Boudière : Nous sommes ravis de ce partenariat avec JFD qui s’inscrit dans une démarche qui révèle et valorise les femmes qui innovent et entreprennent pour changer le monde. C’est un engagement qui met en lumière des valeurs que nous partageons : innover, oser, s’adapter, faire bouger les lignes. Nous avions envie de réunir nos savoir-faire, nos expériences pour les mettre au services de femmes qui portent des projets digitaux à impact.

Karen Vernet : Un engagement très fort, porteur de valeurs fondamentales. Delphine Remy-Boutang et son équipe développent depuis plus de 10 ans une série d’initiatives concrètes qui font bouger le monde. Valoriser les femmes (jeunes ou moins jeunes) au travers de leur créativité, de leur pertinence et de leur sens de l’entreprenariat est une mission que nous avons envie de suivre. La JFD fait également preuve d’ouverture internationale ce que nous apprécions fortement. Ces valeurs et actions sont en lien avec l’esprit du Printemps, “dénicheur de talents”.

Où en est l’égalité entre les femmes et les hommes chez Meetic et Printemps ? 

Karen Vernet : Au Printemps, les femmes sont très valorisées, car elles représentent une très grande part de nos effectifs, et ce, dans la grande majorité des fonctions. Cela se traduit également dans l’équilibre de nos deux bâtiments donnant sur le boulevard Haussmann : l’un est plutôt destiné aux femmes et l’autre plutôt aux hommes. Egalité parfaite !

Céline Boudière : Chez Meetic, on est très fier de notre index égalité professionnelle F/H :  99/100 !  L’égalité et la diversité des profils qui constituent nos équipes sont une richesse, elles sont indispensables et indissociables. Nous nous sommes d’ailleurs engagés en ce sens en devenant signataires de la charte de la diversité fin 2022.

Pourquoi la tech a-t-elle besoin de femmes ? Et les femmes de la tech ?

Céline Boudière : Les femmes sont encore sous-représentées dans le secteur du numérique, 30%, et à peine 20% sur les métiers techniques. Et pourtant, c’est une filière en évolution constante, qui recrute fortement, qui rémunère aussi… avec des opportunités de carrières passionnantes. Ce serait dommage de ne pas se positionner, non ?
Tout comme ce serait dommage pour le secteur, en pleine croissance et dans un contexte de guerre des talents, de se passer du vivier féminin.
Mais surtout : la tech construit les usages et les interactions de demain… la façon dont nous allons nous divertir, nous informer, nous rencontrer, ou nous soigner… Ca ne me parait pas souhaitable (et à peine concevable en fait !) de le faire sans le point de vue de la moitié de la société. La tech a besoin des femmes pour concevoir et développer des produits pensés pour tous et toutes, et adaptés à chacun.

Karen Vernet : Tout métier a besoin de diversité (sexe, âge, cultures, etc.), et la tech ne fait pas exception à cette règle. La diversité est source de richesse et il est prouvé que l’intelligence collective est démultipliée lorsque les réflexions et angles différents sont activés.
Ce serait une forme de sectarisme que de réserver un métier exclusivement à un genre. Un métier qui ne serait exercé que par des femmes aurait également besoin de s’ouvrir en diversité !
Par ailleurs, les femmes ont besoin de la tech pour rester en osmose avec leur temps, pour développer encore davantage leur créativité, leurs initiatives. Démultiplier leur influence. Et encourager encore davantage la communication avec leurs collègues masculins.

Partager:

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Articles similaires